Contact
     
 
Vous êtes ici : Accueil > 2ème cycle > Liste des items > Item 242

Hémochromatose

Objectifs pEdagogiques

ENC

Diagnostiquer une hémochromatose.

Argumenter l’attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

COFER

Connaître les manifestations articulaires et osseuses de l’hémochromatose génétique.

Savoir prescrire les examens biologiques permettant d’affirmer le diagnostic d’hémochromatose génétique.

Causes d’hémochromatose secondaire et particularités de la prise en charge.

Principes de la prise en charge des manifestations osseuses et articulaires de l’hémochromatose.

L’hémochromatose HFE est une maladie de surcharge en fer génétiquement déterminée (génotype C282Y homozygote), de transmission autosomique récessive, de pénétrance incomplète et d’expressivité variable. Les recommandations concernant les conditions de prise en charge des patients hémochromatosiques sont consultables sur le site www.has-sante.fr.

Manifestations ostEo-articulaires

Les manifestations articulaires sont très diverses : mono, oligo ou polyarticulaires, périphériques ou axiales, de type mécanique, dégénératif ou inflammatoire, de gravité variable, depuis de simples arthralgies jusqu’à des troubles articulaires sévères et invalidants. Observées dans 2/3 des cas, elles seraient inaugurales dans 1/3 des cas, mais négligées au moins une fois sur deux, entraînant un retard de 4 à 10 ans dans l’établissement du diagnostic. Si la survenue simultanée ou successive, en cours d’évolution, de différents types de manifestations articulaires sur une même articulation ou sur des articulations différentes constitue un élément d’orientation diagnostique, évoquant un rhumatisme à cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté ( PPCD), l’aspect clinique peut se limiter à un seul type de manifestation, alors souvent trompeur. Les crises de pseudo-goutte sont confondues avec des crises de goutte uratique ; les arthrites chroniques plus ou moins déformantes distales (poignets, métacarpo et interphalangiennes) prêtent à confusion avec la polyarthrite rhumatoïde ; les arthropathies dégénératives ne peuvent être différenciées de l’arthrose sauf lorsque l’atteinte polyarticulaire touche des articulations classiquement respectées dans l’arthrose : les métacarpo­phalangiennes, les poignets, les coudes, les épaules ; les arthropathies destructrices des membres et du rachis, observées le plus souvent chez des sujets âgés, ont le mérite d’orienter vers le rhumatisme à cristaux de PPCD ; celui-ci peut s’exprimer radiologiquement par une chondrocalcinose, et des arthropathies chondrales et sous-chondrales. Le dosage des paramètres sériques du fer doit faire partie du bilan de toute arthropathie car aucune donnée sémiologique essentielle, en dehors de leur survenue précoce, ne distingue les arthropathies de l’hémochromatose génétique de celles du rhumatisme à PPCD. C’est aussi le seul symptôme qui n’a pas de corrélation significative avec la concentration hépatique en fer, expliquant sans doute l’absence d’efficacité des saignées sur les manifestations articulaires. Il en résulte un impact non négligeable sur la qualité de vie.

Radiologiquement, l’attention doit être attirée par :

  • des stigmates de chondrocalcinose dans les interlignes articulaires et à la périphérie des articulations ;
  • des signes d’arthropathie chondrale et sous-chondrale sur des articulations peu touchées par l’arthrose (radiocarpienne, radio-cubitale inférieure, scaphotrapézienne, 2 e et 3 e  MCP, épaules, coudes), avec des géodes cernées par une condensation et disposées dans la zone osseuse sous-chondrale, des ostéophytes à extrémité arrondie ou acuminée en hameçon ( figure 36.1).

Fig. 36.1. Hémochromatose. Arthropathie des articulations métacarpophalangiennes d’allure mixte, destructrice (pincement de l’interligne articulaire et géodes sous-chondrales) et constructrice (condensation osseuse et ostéophytose périphérique). A : radiographie de la main de face. B : cliché centré sur les artticulations métacarpophalangiennes.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

L’hémochromatose HFE apparaît être associée à une perte osseuse significative, d’origine multifactorielle (toxicité du fer, cirrhose, hypogonadisme). Une ostéopathie fragilisante doit être recherchée par la l’ostéodensitométrie, même en l’absence d’hypogonadisme ; la prévalence de l'ostéoporose densitométrique est comprise entre 25 et 35 %. La prévalence des fractures rachidiennes est estimée entre 1,8 et 18 %.

Examens biologiques

Augmentation du coefficient de la saturation de la transferrine

Les anomalies biologiques évocatrices sont l’augmentation du coefficient de la transferrine, d’abord isolée (stade 1) puis associée à l’augmentation de la ferritine sérique (stade 2, 3, 4). Toute hypertransaminasémie chronique, inférieure à trois fois la limite supérieure de la normale, doit évoquer une hépatopathie hémochromatosique, après avoir éliminé un alcoolisme, une stéato-hépatite non alcoolique, une virose, une prise médicamenteuse, une atteinte dysimmunitaire et une maladie de Wilson.

L’évaluation du taux de saturation de la transferrine sérique est indispensable pour affirmer biologiquement l’anomalie du métabolisme en fer. Un taux normal de saturation de la transferrine (< 45 %) permet d’écarter une hémochromatose sous réserve qu’il n’existe pas de syndrome inflammatoire associé ( CRP normale).

L’augmentation du taux de saturation de la transferrine est le test biologique le plus sensible pour l’identification phénotypique de l’hémochromatose, à condition d’être fait le matin à jeun et en s’abstenant de boissons alcooliques depuis une semaine ; celui-ci est généralement supérieur à 60 % chez l’homme et à 50 % chez la femme. Il faut tenir compte des variations nycthémérales (maximum le matin). Enfin, l’augmentation de la saturation de la transferrine peut être due à une cytolyse hépatique (transaminases supérieures à trois fois la normale), et ce d’autant que coexistent une insuffisance hépatocellulaire, un alcoolisme ou une virose C.

Test génétique

En cas de surcharge en fer attestée par une saturation de la transferrine anormalement élevée, il faut proposer le test génétique HFE à la recherche d’une mutation en HFE, après avoir obtenu le consentement du patient.

S’il existe une mutation homozygote en C282Y, le diagnostic est confirmé. Il suffit de quantifier la surcharge en fer et d’évaluer le retentissement viscéral et/ou métabolique. La quantification de la surcharge en fer se fait par le dosage de la ferritine sérique, dont le taux est corrélé à l’importance de la surcharge ferrique, après avoir éliminé les causes d’hyperferritinémie non liée à une surcharge en fer (alcool, inflammation, hépatopathie aiguë ou chronique); le taux de ferritine augmente avec l’âge, surtout chez la femme après la ménopause.

S’il existe une mutation hétérozygote en C282Y, il faut remettre en cause le lien entre la surcharge en fer et l’hétérozygotie C282Y et rechercher une autre cause d’excès en fer ; si cette recherche est négative, il faut dépister une mutation H63D car l’hétérozygotie composite C282Y/H63D peut entraîner une surcharge en fer modérée, tout comme l’hétérozygotie composite impliquant une autre mutation que H63D.

Diagnostics différentiels

S’il n’existe aucune mutation du gène HFE, il faut aussi rechercher une autre cause de surcharge en fer, des formes exceptionnelles d’hémochromatose génétique (hémochromatose juvénile, mutations du gène du récepteur de la transferrine 2 et du gène de l’hepcidine) ou d’authentiques hémochromatoses non liées à HFE si le patient est d’origine méditerranéenne.

Prise en charge des manifestations ostéo-articulaires de l’hémochromatose

Les manifestations articulaires sont contrôlées par des traitements généraux ( AINS, colchicine ou corticoïdes à faible dose) et locaux (synoviorthèses). Le traitement de l’ostéoporose de l’hémochromatose ne diffère pas du traitement de l’ostéoporose post-ménopausique (cf. recommandations de l’ AFSSAPS d’octobre 2004, Traitement médical de l’ostéoporose post-ménopausique, consultables sur le site www.afssaps.sante.fr).

Surcharges en fer non hémochromatosiques

Avec un coefficient de saturation normal

Un taux normal de saturation de la transferrine est compatible avec deux types de surcharges chroniques en fer : le premier est fréquent, appelé hépatosidérose dysmétabolique, caractérisé par une surcharge hépatique en fer en règle modérée, non hémochromatosique et non alcoolique, et l’existence d’un syndrome d’insulino-résistance associant un surpoids, une hypertension artérielle, un diabète de type 2 ou une dyslipidémie. Il peut s’y associer une arthropathie mimant le rhumatisme de l’hémochromatose. L’hyperférritinémie franche contraste avec la normalité du taux de saturation de la transferrine. Le traitement repose sur la prise en charge des anomalies métaboliques et un court programme de phlébotomies visant à abaisser la ferritinémie autour de 100 ng/ml.

Le deuxième est exceptionnel et correspond à l’acéruloplasminémie héréditaire, mimant l’hémochromatose par sa surcharge hépatique en fer avec hyperferritinémie, son diabète et son caractère familial, s’en démarquant par une symptomatologie neurologique, la normalité ou la diminution du fer sérique et de la saturation de la transferrine. Le seul espoir thérapeutique réside dans l’administration d’un chélateur du fer.

Avec un coefficient de saturation augmenté

L’augmentation du taux de saturation de la transferrine n’est cependant nullement spécifique de l’hémochromatose et peut s’observer dans les surcharges en fer par supplémentation martiale excessive et dans les excès en fer d’origine hématologique (anémies hémolytiques, dysérythropoïèses). Dans ce dernier cas, la présence d’une anémie doit attirer l’attention ; le plus souvent, le diagnostic hématologique est connu, et le patient traité par transfusions quand se démasque la surcharge en fer. Au cours de la thalassémie majeure, l’hyperabsorption du fer et les besoins transfusionnels concourent à la constitution précoce de la surcharge : le traitement repose sur les mesures diététiques visant à limiter l’apport et l’absorption du fer (consommation de thé) et sur les chélateurs du fer (déféroxamine).

La porphyrie cutanée tardive est marquée par des signes cutanés et une hépatosidérose mixte et peu marquée. La déplétion martiale par soustractions sanguines régulières conduit à l’extinction des manifestations cutanées de la maladie, même chez les patients indemnes de surcharge hépatique en fer.

Enfin, la présence d’anomalies du bilan martial au cours des hépatopathies de toutes causes (alcool, virus, insulinorésistance, etc.) est très fréquente. Une hyperferritinémie à saturation normale ou peu augmentée s’observe dans les hépatopathies non cirrhotiques. Un tableau pseudo-hémochromatosique est fréquent au cours des cirrhoses, et il est parfois nécessaire de disposer d’une recherche de la mutation génétique pour faire la part entre une hémochromatose génétique et une surcharge en fer secondaire à l’état de cirrhose.

Points clés

  • Les manifestations articulaires de l’hémochomatose sont très diverses (mono, oligo ou polyarticulaires, périphériques ou axiales, de type mécanique, dégénératif ou inflammatoire) et de gravité variable.
  • L’hémochromatose est une cause de chondrocalcinose articulaire secondaire.
  • Le diagnostic d’hémochromatose doit être évoqué devant des signes radiographiques d’arthropathie chondrale et sous-chondrale sur des articulations habituellement peu touchées par l’arthrose.
  • En cas d’hémochromatose, une ostéopathie fragilisante doit être recherchée par l’ostéodensitométrie, même en l’absence d’hypogonadisme.
  • Les anomalies biologiques évocatrices d’hémochromatose sont l’augmentation du coefficient de la transferrine, d’abord isolée (stade 1) puis associée à l’augmentation de la ferritine sérique (stade 2, 3, 4).
  • Les manifestations articulaires de l’hémochromatose relèvent de traitements généraux ( AINS, colchicine ou corticoïdes à faible dose) et locaux (synoviorthèses) ; le traitement de l’ostéoporose ne diffère pas du traitement de l’ostéoporose post-ménopausique.

 
 
  © COFER - 2005 - Tous droits réservés
 
Objectifs pédagogiques
Manifestations ostéo-articulaires
Examens biologiques
Prise en charge des manifestations ostéo-articulaires de l’hémochromatose
Surcharges en fer non hémochromatosiques
 
Haut de page