Contact
     
 
Vous êtes ici : Accueil > 2ème cycle > Liste des Cas Clinique > Cas Clinique n°04
Cas Clinique n°04

Vous êtes appelé chez un sujet de 75 ans pour une rougeur et une douleur intense du genou droit, apparues 24 heures plus tôt, avec une fièvre élevée à 39,4 °C. La rougeur s’étend au tiers supérieur de la jambe, malgré une automédication par aspirine, 3 g/j depuis 48 heures. Ce malade a des antécédents importants avec une cardiopathie ischémique traitée par dérivés nitrés, anti-calciques et nicorandil ; un DNID traité par sulfamides hypoglycémiants et biguanides ; une obésité morbide et un tabagisme. Il a une prothèse de hanche droite posée il y a 4 ans pour une coxarthrose. Il a une adénopathie inguinale droite mesurant environ 2 cm, ainsi que plusieurs adénopathies mesurant 2 à 3 cm, fermes, mobiles des 2 aires axillaires et cervicales.

Cliquez sur les questions pour lire les réponses

A - Vous suspectez un érysipèle. Traitez-vous ce malade en ambulatoire ou jugez-vous qu’une hospitalisation soit indiquée ? Justifiez votre attitude.

B - Quel bilan pratiquez-vous ?

C - Quel traitement antibiotique est indiqué : drogue, posologie, voie d’administration, durée ?

D - Après 48 heures de traitement, la rougeur est toujours aussi intense, mais elle ne s’est pas étendue. La douleur empêche toute mobilisation du genou et l’effleurement de la peau provoque une douleur difficile à supporter. Vous arrivez néanmoins par l’examen clinique à constater que la mobilisation même passive du genou est tout à fait impossible, et qu’il existe un choc rotulien. Quels diagnostics vous paraissent maintenant les plus probables ?

E - Quel nouveau bilan vous paraît nécessaire ?

F - Après ce bilan, vous évoquez une crise de goutte. Quel traitement vous paraît légitime : drogue, posologie, schéma d’administration ?

G - Ce traitement a apporté un soulagement complet en 2 jours. Après une semaine, l’ensemble des paramètres biologiques initialement perturbés s’est normalisé, à l’exception des LDH qui restent à 2 fois la normale. L’adénopathie inguinale droite a disparu, mais les autres adénopathies persistent. Quelle est votre attitude ?

 
 
  © COFER - 2005 - Tous droits réservés