50- Connaître les différentes causes d'une anosmie.

q       Troubles par atteinte de la transmission : elle correspond aux atteintes ne permettant aux molécules odorantes d'atteindre les cellules sensorielles.

¨        Anomalies anatomiques de la fente olfactive

¨        Rhinites et sinusites aigues. L'odorat redevient normal aprés guérison.

¨        Polypose nasosinusiennes
Les troubles de l'olfaction font partie du tableau clinique : il s'agit le plus souvent d'une anosmie.

¨        Rhinites chroniques, allergiques et non allergiques. Il s'agit le plus souvent d'une hyposmie.

¨        Chez l'enfant
La cause majeure est l'hypertrophie des végétations adénoïdiennes accompagnant des otites moyennes aiguës à répétition ou une otite séro-muqueuses avec troubles de l'audition.

q       Troubles par atteinte de perception

¨        Physiologiques
La grossesse est une grande pourvoyeuse de troubles de l'olfaction à type de déplacement de sensibilité et/ou d'hyperosmie. La pilule ou le cycle menstruel peuvent également être impliqués.

¨        Iatrogènes : Très rares.
Quelques médicaments peuvent être impliqués : Méthotréxate, codéine, morphine, griséofulvine, lincomycine, tétracyclines, clofifrate, cholestéramyne, sels d'or, D-pénicellinamine, L-dopa, cimétidine, traitements locaux, etc...

¨        Radiothérapie cervicale : l'hyposmie est le plus souvent réversible après quelques mois.

¨        Post virale
Dans certains cas, il peut persister aprés guérison clinique de l'épisode, une hyposmie par altération de l'épithélium olfactif et/ou une atteinte des bulbes olfactifs. Aucun traitement n'a fait preuve d'une quelconque efficacité.

¨        Traumatique
15 à 20 % des consultants pour troubles de l'odorat ( 5 % des traumas craniens ). Elles posent le problème de leur réalité dans le cadre post-traumatique. Un test permet de dépister les simulateurs : l'inhalation d'ammoniaque. Un anosmique qui "ne sent pas l'ammoniaque" (sensibilité trigéminale ) est un simulateur. Après trois mois d'évolution, la récupération est rare.

¨        Toxique.
Elles s'installent généralement progressivement et trés souvent liées à l'environnement professionnel. Les substances responsables sont nombreuses : ciment, acétophénone, chrome, asphalte, disulfite de carbone, essence, plomb, zinc, chloromethane, essence, dioxyde de soufre, etc... Le seul traitement est la prévention. Contacter le médecin du travail.

¨        Neurologiques
Les tumeurs des voies et des centres olfactifs, généralement associées à d'autres symptômes : nez, orbite, facial.

¨        Des pathologies neurologiques chroniques : Alzheimer, Parkinson, SEP, SLA, etc...

q       La Cacosmie : perception d'une mauvaise odeur existant réellement.

§          les corps étrangers. ++ enfant.

§          ozène : rhinite atrophique crouteuse d'étiologie inconnue, rare.

§          les sinusistes chroniques d'origine dentaire.

§          les causes tumorales.

q       La Parosmie: déformation de la perception d'une odeur qui devient souvent une odeur désagréable.

§          Elle accompagne souvent les dysosmies d'origine neurosensorielle (post-virale, post-traumatique).

q       La Phantosmie: perception d'une mauvaise odeur n'existant pas réellement

§          Hallucinations olfactives, anxiophobies, névrose hypochondriaques, schizophrénie.. . Elles peuvent révéler une atteinte d'une lésion du lobe temporal.