P
 

Adénopathie superficielle : adénopathie et tuméfaction cervicale

II- DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE ET INDICATIONS THERAPEUTIQUES
   > 2 - Les tuméfactions cervicales médianes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CAT nodule

thyroïdien

a) La région sous-mentonnière

  • Ce sont essentiellement des adénopathies :
    • aiguës, d'origine buccodentaire
    • chroniques :
      • surtout métastases d'un cancer du plancher de la bouche, de la langue et des lèvres
      • mais aussi : tuberculose, toxoplasmose, sarcoïdose, maladie des griffes du chat, pathologie lymphatique maligne.
    • Plus rarement
      • un kyste dermoïde du plancher buccal ; le toucher bi digital (intra et extra buccal) permet le diagnostic. Il s'agit d'une tumeur embryonnaire de l'enfant ou de l'adolescent, indolore, le plus souvent rénitente ou fluctuante.
      • une cellulite chronique d'origine dentaire : c'est une tuméfaction dure, sensible, qui infiltre la peau et fait corps avec la mandibule. Elle se rencontre chez un sujet présentant un mauvais état dentaire.

b) La région hyoïdienne
    • Il s'agit presque toujours d'un kyste du tractus thyréoglosse, tumeur lisse, plus ou moins volumineuse, adhérant à l'os hyoïde avec lequel elle s'élève à la déglutition. Les risques de surinfection et de fistulisation nécessitent une exérèse chirurgicale avec ablation du corps de l'os hyoïde pour éviter les récidives. Le diagnostic est réalisé par l'échographie cervicale qui permet également de vérifier l’existence d’une thyroïde normale. L’absence de thyroïde cervicale en échographie doit faire réaliser une scintigraphie thyroïdienne à la recherche d’une localisation ectopique atypique.
    • Exceptionnellement, une thyroïde ectopique pourra être mise en évidence par une échographie cervicale, ou éventuellement par une scintigraphie thyroïdienne

Deux exemples de kyste du tractus thyréoglosse

c) La région laryngée
    • Un ganglion pré laryngé de Poirier, le plus souvent inflammatoire, rarement carcinomateux
    • Un cancer laryngé extériorisé
    • Une tumeur bénigne (chondrome)
    • Une laryngocèle externe est rare, caractérisée par une dilatation aérique, molle, réductible apparaissant ou augmentant de volume lors des efforts d'expiration à glotte fermée. Elle s'extériorise au bord postérieur de l'aile thyroïdienne.
      Elle impose un examen endoscopique ORL à la recherche d'un éventuel cancer du ventricule. Rappelons que la constatation d'une laryngocèle est une contre-indication formelle à la pratique de la plongée (risque d'asphyxie).
d) La région thyroïdienne.

La tuméfaction traduit une pathologie du corps thyroïde
  • Thyroïdite
  • Goitres et adénomes
  • Cancer thyroïdien
Plus rarement un kyste branchial de la 4ème fente branchiale

e) La région sus-sternale. Les tuméfactions y sont plus rarement notées, en rapport avec :

  • Une pathologie thyroïdienne : goitre plongeant, cancer extensif du corps thyroïde.
  • Une adénopathie pré-trachéale, souvent maligne.
  • Un kyste dermoïde.
  • Quelquefois une pathologie des gros vaisseaux artériels du médiastin supérieur, une pathologie thymique ou parathyroïdienne.

 

Kyste dermoïde

Une tuméfaction cervicale médiane juxta-hyoidienne est très probablement un kyste du tractus thyréoglosse.

Il faut cependant être très prudent en l'absence d'antécédent inflammatoire
et évoquer une thyroïde ectopique dont l'exérèse entraineraît une hypothyroïdie.