Tumeurs de la cavité buccale et des voies aéro-digestives supérieures

 

 

 

 

 

II- LES CANCERS DE L'OROPHARYNX
   > 3 - Cancer de la base de la langue

Il s'agit en règle générale d'un carcinome épidermoïde bien différencié, infiltrant et lymphophile, de haute gravité.
Le lymphome malin non hodgkinien est également possible à ce niveau (amygdale linguale), mais très rare.
  • Les signes d'appel
    Ils se manifestent par une dysphagie haute et une otalgie réflexe, une dysarthrie ou par une adénopathie cervicale très fréquente, souvent bilatérale.
  • Examen clinique
    Le diagnostic est souvent fait tardivement par le praticien, pourtant il est facile : il suffit de demander au patient de tirer la langue et de palper la base de langue. Il se manifeste par une déviation homolatérale à la tumeur, lors de la protraction de la langue et une induration de la base de langue en arrière du V lingual, à la palpation.
  • Diagnostic
    Il est affirmé par la biopsie effectuée en laryngoscopie indirecte ou en laryngoscopie directe.
  • Le traitement fait appel à la radio-chimiothérapie, parfois associée à une chirurgie très mutilante ; l'ablation de la base de langue même partielle entraîne des troubles de la déglutition qui peuvent être majeurs et nécessiter une laryngectomie totale de nécessité.
  • Le pronostic
    Il est très sombre du fait de l'évolution insidieuse (retard au diagnostic), de l'infiltration diffuse dans le muscle lingual, de la lymphophilie bilatérale.
Les cancers de l'oropharynx se manifestent essentiellement par une dysphagie haute, une otalgie unilatérale et une adénopathie cervicale.
Leur diagnostic de présomption est en général aisé pour le praticien par l'examen clinique attentif de la cavité buccale et du cou.
La palpation est un geste clinique essentiel.