SUITES

Hernie inguinale non compliquée

- Les suites opératoires sont simples dans la très grande majorité des cas, sans séquelle, avec un bon résultat sur le plan cicatriciel :

- Complications:

Suivi

- Consultation de contrôle 1 mois ou 2 après l’intervention pour vérifier la bonne position du testicule dans la bourse et sa bonne trophicité,

- Consultation 6 mois ou 1 an après le traitement d’une hernie inguinale étranglée pour être certain de la bonne vitalité du testicule.

 

L’ESSENTIEL

- Pathologie très fréquente liée à une absence de fermeture du canal péritonéo- vaginal,
- Pathologie bénigne le plus souvent ;
- Mais risque vital intestinal et gonadique en cas d’étranglement herniaire;
- Le diagnostic positif d’une hernie inguinale est clinique, de même que le diagnostic différentiel ; aucun examen complémentaire n’est à prescrire ;
- Toute hernie inguinale constatée doit être opérée ;
- L’ étranglement herniaire doit être réduit en urgence.

 

2 - Hernie ombilicale

 

Sommaire

INTRODUCTION

La hernie ombilicale est une pathologie très fréquente chez l’enfant. Elle correspond à une hernie au travers de l’orifice ombilical, où était située la hernie physiologique chez l’embryon, et où passaient les vaisseaux ombilicaux et l’ouraque chez le fœtus.

EVOLUTION NATURELLE et FREQUENCE

La hernie ombilicale apparaît le plus souvent dès les premières semaines de vie, puis augmente progressivement de volume. L’évolution se fait, dans la grande majorité des cas, vers la guérison spontanée avec fermeture progressive de l’anneau ombilical au cours des deux premières années de la vie. Dans la race noire, il faut souvent attendre l’âge de six – sept ans avant d’observer la disparition de cette hernie.
La hernie ombilicale se rencontre autant chez la fille que chez le garçon et touche 15-20% de la population infantile née à terme. Elle est beaucoup plus fréquente chez le prématuré puisqu’elle concerne 80% des enfants de moins de 1500g.

CLINIQUE

L’enfant présente une tuméfaction centrée sur l’ombilic, intermittente et s’extériorisant aux pleurs ou à la poussée abdominale. Elle le déplisse et le retourne le plus souvent.

A la palpation, il s’agit d’une tuméfaction molle que l’on peut réduire facilement, tout en percevant des bruits hydro-aériques, car le contenu est intestinal. Après réduction, on sent le collet herniaire sous forme d’un anneau dur dont on peut mesurer les dimensions. Un diastasis des droits est souvent associé.

Le nourrisson ne se plaint pas lorsque la hernie est extériorisée alors que chez le grand enfant une gêne douloureuse peut survenir.
L’étranglement herniaire est exceptionnel et se traduirait par des douleurs très vives et une irréductibilité à l’examen, puis par un syndrome occlusif si le diagnostic était tardif.

TRAITEMENT

L’abstention thérapeutique est la règle dans l’immense majorité des cas jusqu’à l’âge de deux ans, même si la hernie est très volumineuse et inquiète beaucoup la famille (figure n° 30-31) ; même dans cette situation, un très grand nombre de hernies ombilicales guérit spontanément. Il faut donc s’attacher à rassurer les familles pour les faire patienter. Certains proposent de mettre en place un bandage herniaire, mais il est inefficace et peut être à l’origine de lésions cutanées.
Le traitement chirurgical est en général indiqué après l’âge de deux ans si la hernie persiste.
L’intervention consiste à réséquer le sac herniaire péritonéal et à fermer l’anneau ombilical par suture musculo-aponévrotique.

SUIVI

L’évolution est favorable dans la plupart des cas et les récidives sont exceptionnelles.

 

L’ESSENTIEL

- Pathologie très fréquente et bénigne.
- Diagnostic clinique.
- Abstention thérapeutique le plus souvent.
- Indication opératoire après l’âge de deux ans.

3- Hernie épigastrique ou Hernie de la ligne blanche

La hernie épigastrique correspond à un orifice anormal sur la ligne blanche, entre l’appendice xiphoïde et l’ombilic, au travers duquel s’extériorise de la graisse pré-péritonéale ou parfois de l’épiploon.
L’enfant ou sa famille remarque une tuméfaction sous-cutanée, arrondie, ferme, et sensible à la palpation. Les phénomènes douloureux surviennent volontiers lors des activités sportives. La réduction de ces hernies est souvent difficile du fait de la sensibilité à la pression et n’est pas indispensable, ne contenant pas d’élément noble.
L’indication opératoire est posée si la hernie épigastrique devient trop gênante ; l’orifice musculo-aponévrotique est suturé après avivement de ses berges.

 

4- Malformation de la paroi abdominale antérieure

La paroi abdominale antérieure peut être le siège de malformations graves, mettant en jeu le pronostic vital de l’enfant dans certains cas, et le pronostic fonctionnel de certains organes dans d’autres cas.
Trois malformations sont à connaître :

- l’omphalocèle
- le laparoschisis
- et l’exstrophie vésicale

Leur prise en charge a été complètement modifiée depuis l’apparition de l’échographie antenatale et elle relève maintenant d’équipes très spécialisées, dans le cadre de la Médecine Fœtale, comprenant obstétriciens, généticiens, échographistes, réanimateurs et chirurgiens pédiatres.