Des observations d’hémiplégie, de méningite, d’encéphalite, ont été rapportées. L’encéphalite déclenchée ou majorée par un traitement intempestif par la diéthylcarbamazine ou plus rarement par l’ivermectine, lorsque la microfilarémie est intense, est un fait confirmé. La lyse brutale des microfilaires entraîne des accidents allergiques et des complications neurologiques parfois dramatiques qui, même lorsqu’elles sont transitoires, peuvent laisser des séquelles (dysarthrie).
L’altération de la barrière méningée par une affection non parasitaire (méningite tuberculeuse) peut entraîner le passage de microfilaires Loa loa dans le LCR sans pouvoir parler pour autant de syndrome méningé filarien (sans doute exceptionnel).
Dans les zones d’infections mixtes onchocercose-loase, les programmes de lutte contre l’onchocercose fondés sur la distribution d’ivermectine à toute la population doivent prendre en compte le risque de complications chez les très fort porteurs de microfilaires Loa loa sanguicoles.

L’endocardite pariétale fibroplastique éosinophilique de Löeffler est une affection moins rare en Afrique qu’en Europe. Elle réalise le tableau d’une insuffisance cardiaque globale, surtout droite, d’apparence primitive, avec éosinophilie sanguine élevée. 
D’origine carentielle, bactérienne, virale ou parasitaire, la fibrose endocardique serait une manifestation allergique répondant souvent à l’allergène helminthique. La loase est la parasitose la plus souvent en cause mais il n’est pas toujours aisé d’en apporter la preuve car la fibrose endocardique est une complication qui survient tardivement. Les microfilaires peuvent être absentes du sang périphérique et les méthodes immunologiques sont alors une orientation précieuse.

Des néphropathies ont été décrites dans la loase. Il est souvent difficile d’affirmer que celle-ci est seule en cause dans leur genèse ; une protéinurie après plusieurs années d’infestation parasitaire, le grand nombre de microfilaires observées dans les glomérules et les capillaires du tissu interstitiel, l’élévation transitoire de la protéinurie au début du traitement spécifique, l’amélioration parfois constatée après traitement, plaident en faveur de cette relation. Les lésions anatomiques sont celles des néphrites interstitielles et les altérations des parois capillaires glomérulaires sont du même type que celles rencontrées dans d’autres néphropathies
La pathogénie est discutée : traumatique, due au passage des microfilaires en dehors des capillaires ; mécanique, due à l’obstruction des capillaires glomérulaires par les microfilaires ; ou surtout immunitaire, provoquée par l’antigénicité des matériaux libérés par la lyse des microfilaires. La preuve en serait apportée par la mise en évidence dans les dépôts extra-membraneux, grâce aux techniques d’immunofluorescence, d’antigène Loa loa, d’immunoglobulines et de complément.

Présence de microfilaires de Loa loa dans l’espace glomérulaire (coupes longitudinales et sections) coloration trichrome de Masson
(Col M.Gentilini, D.Richard-Lenoble CdRom ANOFEL)

 

Retour cours