Le traitement individuel des manifestations aiguës est d’abord symptomatique (repos, anti-inflammatoires) accompagné d’antibiotiques en cas de récidives ( composante bactérienne) en évitant en période aiguë le traitement par la diéthylcarbamazine ou D.E.C (Notezine®) puissant microfilaricide. Entre les crises aiguës la DEC peut être prescrite à dose progressivement croissante capable de lyser en quelques jours les microfilaires circulantes et à plus long terme (une cure de 21 jours ou deux cures de 10 jours espacées de 10 jours) de diminuer l’activité des vers adultes sans être systématiquement macrofilaricide. Ce médicament de référence peut entraîner des effets secondaires aux lyses des parasites ou propres au médicament (asthénie, nausées, algies diverses, urticaire, fièvre) et devront parfois être accompagné d’antihistaminiques ou corticoïdes. L’ivermectine (Mectizan®) paralysant et stérilisant transitoirement les vers est un puissant microfilaricide à la posologie de 200 à 400µg/kg 1 à 2 fois  par an.Il est intéressant en traitement microfilaricide individuel mais reste surtout utilisé (associé à l’albendazole) en distribution communautaire de base au cours des programmes internationaux d’« éradication » ou plutôt de contrôle des filarioses lymphatiques..

Le traitement des lésions tardives est le plus souvent chirurgical (éléphantiasis scrotaux et hydrocèles sont plus faciles à opérer que les éléphantiasis des membres). Le massage et brossage antiseptique des éléphantiasis à leur début permettent d’éviter l’évolution trop rapide vers des lésions plus dures et fixées.

Lancés au début des années 2000, le programme  international de lutte contre les filarioses lymphatiques est fondé sur la destruction des microfilaires  par la distribution une ou deux fois par an d’une cure unique journalière d’un microfilaricide efficace et sans effets secondaires notoires. L’ivermectine fournie gratuitement dans le cadre des programmes, efficace en cure unique et  sans effets secondaires contrairement à la DEC est l’arme essentielle (dans certains cas  une association entre ivermectine  ou la DEC en prise unique ou inclus dans le sel de cuisine, et l’albendazole parait souhaitable). L’albendazole immidazolé fait l’objet d’une donation internationale comme l’ivermectine. Ce programme a pour objectif d’arrêter la transmission entre le malade porteur de microfilaires et le vecteur.900 millions de personnes sont concernées. Compte tenu de la durée de vie des filaires adultes non atteintes par le programme (peu d’action macrofilaricide sauf peut être dans l’association ivermectine / albendazole) ces actions doivent se prolonger 15 ans. Le contrôle du nombre important de faibles porteurs asymptomatiques de microfilaires et leur rôle dans la transmission est une clé du succès. L’existence d’un réservoir animal de Brugiose complique l’éradication dans des territoires limités.

Le traitement prophylactique individuel par une prise hebdomadaire de DEC n’est pas indiqué.

Retour cours