Examen anatomo-pathologique

Plusieurs types de lésions histopathologiques, correspondant aux réactions de l’hôte, peuvent être observées. Par analogie avec la tuberculose  on distingue schématiquement plusieurs formes selon l’état immunitaire sous-jacent du sujet.

- Une forme tuberculoïde
Cette dernière correspond habituellement à une inoculation habituellement faible et une réponse tissulaire (de l’hôte) efficace. Elle montre des infiltrats lympho-histiocytaires ou granulomateux, riches en macrophages activés et en lymphocytes T CD4 progressivement recrutés in vivo. Les histoplasmes se présentent comme de rares levures ou blastospores de 2 à 3 µm de diamètre entourés d’un halo clair, à l’intérieur de cellules histiocytaires.
L’évolution de cette forme se fait, par analogie à  la tuberculose,  par une nécrose caséiforme.

Surrénales : Histoplasmose à Histoplasma capsulatum var. capsulatum

- Une forme anergique
Cette forme habituelle chez les patients séropositifs au VIH révèle à l'opposée une réaction tissulaire faible ou nulle. Les macrophages locaux (histiocytes) restent inactifs. L’aspect typique est  celui d’une abondance de levures intracellulaires dans les cellules mais aussi à l’extérieur. Beaucoup d’organes sont touchés (foie, rate, tube digestif, surrénales, os, moelle osseuse, etc.)

Poumon : Histoplasmose à Histoplasma capsulatum (imprégnation argentique x 500)

- Une forme mixte
Elle  représente une forme intermédiaire entre  la forme tuberculoïde (réactionnelle) et la forme anergique (chez l'immunodéprimé).

- Une forme séquellaire
Dans cette forme, où prédomine la fibrose cicatricielle,on peut retrouver (après coloration argentique) de rares levures qui peuvent être  à l’origine d’une rechute ou d’une éventuelle réactivation.





Retour cours