Traitement (tableau III)




a) Certains angiomes ne nécessitent qu'une surveillance clinique

C'est le cas des hémangiomes dans l'immense majorité des cas en raison de leur caractère spontanément régressif. Certains hémangiomes du fait de leur topographie peuvent poser un problème ésthétique important (par exemple pointe du nez) ou un problème fonctionnel majeur (ex hémangiome de la paupière). Ils peuvent justifier une prise en charge médico-chirurgicale précoce. Cependant l'angiome du nez très inesthétique, l'angiome de la paupière qui peut retentir sur la vision peuvent être opérés précocement (dans les premiers mois de vie), des angiomes plans non systématisés sur les zones couvertes (dans ce dernier cas, un traitement pourra être réalisé dans de meilleures conditions chez le grand enfant, l'adolescent ou l'adulte sous anesthésie locale).

b) Il existe des urgences

- syndrome de Kasabach-Merritt : il faut faire cesser la coagulation intravasculaire localisée. La prise en charge doit être réalisée dans un centre spécialisé ;
- angiome avec obstruction de l'orifice sous glottique : la corticothérapie générale constitue souvent le traitement d'urgence, elle est parfois associée à un traitement laser ou à une intervention chirurgicale ;
- hémangiome s'accompagnant d'une occlusion de la paupière supérieure : nécessite également une corticothérapie générale rapide qui sera prolongée de quelques semaines à quelques mois en fonction de la réponse clinique et de l'ouverture de l'oeil,
- angiome facial avec convulsions : un traitement anticonvulsivant s'impose, il est souvent difficile à équilibrer ;
- angiome hémodynamiquement actif c'est-à-dire angiome avec flux circulatoire important responsable d'une insuffisance cardiaque ;
- angiomatose miliaire : il faut chercher des localisations profondes en particulier hépatiques. Dans tous les cas, la prise en charge est hospitalière.

c) Les angiomes plans peuvent être traités par laser

Sur les zones découvertes, le traitement peut être débuté dès la première année de vie, si nécessaire sous anesthésie générale. La raison d'un traitement dès le plus jeune âge est qu'il faut souvent plusieurs traitements successifs sur la même zone, un traitement précoce permettra d'avoir achevé le traitement avant la scolarisation. Ailleurs il n'y a pas d'urgence et l'on peut attendre l'âge de 8 à 10 ans ou le traitement pourra être effectué sous anesthésie locale, mais la surface à traiter sera souvent beaucoup plus grande du fait de la croissance de l'enfant. En cas de syndrome de Klippel-Trenaunay, une compression par manchon ou collant de contention doit être débutée dès que possible, une talonnette permet de compenser l'inégalité de longueur des membres inférieurs en attendant une éventuelle intervention de chirurgie orthopédique. Celle-ci permet par destruction d'un ou plusieurs cartilages de croissance de stopper la croissance du côté hypertrophié, avant la puberté, de corriger l'inégalité de longueur et d'éviter que celle-ci ne persiste à l'âge adulte.

d) Les angiomes veineux

Ils peuvent parfois être améliorés ou guéris par embolisation ou sclérose, les plus volumineux sont au-dessus de toute ressource thérapeutique. Dans tous les cas une contention précoce par vêtement compressif sur mesure s'impose.

e) Les malformations complexes

Ils doivent être prises en charge dans le cadre de consultations mutidisciplinaires sur les angiomes où participent des radiologues, des chirurgiens pédiatriques et plasticiens, des dermatologues, des pédiatres, des ORL et des rhumatologues, dans ces cas, le but n'est pas la guérison mais l'amélioration fonctionnelle.

f) Les malformations artérioveineuses

Elles sont très délicates à traiter et doivent être prises en charge par des équipes spécialisées en raison du risque de poussées évolutives gravissimes après des interventions inadaptées.

g) Les lymphangiomes

Ils peuvent être améliorés par des massages lymphatiques, la contention, la chirurgie précoce, en fonction de leurs caractéristiques (localisé ou diffus, superficiel ou profond, infecté ou non...).



Retour cours